ACTUALITÉS

Grand congrès
DéFI Périphérie est en ordre de marche pour les élections !
Le dimanche 11 mars 2018

A l’approche des élections communales et provinciales, DéFI Périphérie a tenu son grand congrès de la périphérie, ce dimanche 11 mars à Linkebeek. Comme l’explique Sophie Rohonyi, présidente de DéFI Périphérie, DéFI Périphérie est “en ordre de marche pour les élections communales et provinciales d’octobre 2018”.  

 

Le sort de la périphérie est, depuis toujours, une préoccupation centrale pour DéFI. Comme le rappelle Olivier Maingain, président de DéFI, “ceux qui pensent que la périphérie est une chose négligeable abandonneront, demain, Bruxelles aux mains de la N-VA”.

 

Durant ce congrès, de nombreux thèmes ont été abordés, touchant directement les problématiques de la périphérie.

 

Grâce à la participation de Patrick Charlier, directeur d’UNIA (Centre interfédéral pour l’égalité des chances), et à la présentation de l’évaluation des législations anti-discrimination, le thème des discriminations linguistiques a été mis en exergue. Nombreux sont les cheffes et chefs de file pour qui cette problématique doit être au cœur des propositions communales.

 

Comme l’indique Ntonga Monsempo, chef de file à Vilvorde, “il faut veiller de près à ce que les droits des francophones soient respectés”. Et, ces discriminations sont omniprésentes dans le quotidien des habitants de la périphérie, comme c’est le cas à Zaventem, où Véronique Pilate, cheffe de file, a mis en avant les problèmes liés au centre culturel et à son accession pour des exposants francophones.

 

De plus, la périphérie ne peut rester isolée. En effet, il est important de resserrer les liens avec Bruxelles, en mettant en place une Communauté métropolitaine. Pour Emmanuel De Bock, chef de groupe DéFI au Parlement bruxellois et député au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, “cet enjeu citoyen doit dépasser le débat linguistique, et permettre de reconstruire un lien fort, permettant d’offrir des services répondant aux enjeux actuels”. Pour Emmanuel De Bock, l’absence d’une vision commune pénalise les citoyens, pour lesquels il est important d’aller plus loin dans cette collaboration. Cela s’illustre parfaitement au regards des nombreux problèmes liés à la mobilité.  

 

Un programme transversal a ensuite été présenté et soumis au vote des membres, permettant de définir une véritable ligne politique pour les candidats. Adopté massivement, ce programme rassemble des propositions sur une multitude de sujets, comme les finances, l’enseignement, la jeunesse et surtout, l’importance de la bonne gouvernance.

 

Avec la présentation des différents cheffes et chefs de file, ainsi que des premiers outils de campagne, les militants se sont rassemblés, avec plus de volonté que jamais, pour porter les valeurs défendues par DéFI Périphérie au cœur de leur commune.

 

Olivier Maingain a magistralement clôturé ce congrès en affirmant  avec force qu’il plaidera toujours pour le rassemblement des forces francophones en périphérie.

Dans la même rubrique
DéFI lance une consultation sur l’après-crise à destination de tous les citoyens
Et demain ? DéFI lance une consultation sur l’après-crise à destination de tous les citoyens
#bravopourlessoins : Rendez-vous chaque soir à 20h pour remercier le personnel soignant
Belgique - Coronavirus Rendez-vous à vos fenêtres chaque soir à 20h pour remercier le personnel soignant
« Prenez soin de vous et des autres en restant chez vous », François De Smet s’exprime sur les mesures de confinement
Coronavirus "Prenez soin de vous et des autres en restant chez vous", François De Smet s'exprime sur les mesures de confinement
Nouvelles mesures – Un seul mot d’ordre : Restez chez vous !
Coronavirus Nouvelles mesures - Un seul mot d'ordre : Restez chez vous !
« Il ne faut pas un gouvernement d’urgence, il faut d’urgence un gouvernement »
L’appel des présidents Maxime Prévot (cdH) et François De Smet (DéFI) « Il ne faut pas un gouvernement d’urgence, il faut d’urgence un gouvernement »
Rudi Vervoort donne raison à Bernard Clerfayt sur la 5G
TRANSITION NUMÉRIQUE Rudi Vervoort donne raison à Bernard Clerfayt sur la 5G